top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMaxime Gousse

Le Défi Joue Don annonce la 2e édition de son marathon ludique au profit de la prévention du suicide

La deuxième édition de cette initiative citoyenne se déroulera le dimanche 25 février 2024 simultanément dans trois Pubs Ludiques Randolph (Centropolis, DIX30 et Saint-Jérôme)

Dans l’élan de la Journée Mondiale de la Prévention du Suicide qui avait lieu le dimanche 10 septembre dernier et de la journée mondiale de la santé mentale célébrée le 10 octobre prochain, les organisateurs du Défi Joue Don sont fiers d’annoncer la tenue de la deuxième édition du Défi Joue Don, ce marathon ludique au profit de la prévention du suicide et la promotion de la santé mentale.


À sa première édition, le Défi Joue Don avait rassemblé près de 200 participants qui ont amassé plus de 40 000 $ en dons au profit de l’Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS) et du centre de crise et de prévention du suicide de Laval (L’Îlot), représentant ainsi plus de 136 % de l’ambitieux objectif initial que les organisateurs s’étaient fixé.


Grande nouveauté cette année, le Défi Joue Don se tiendra simultanément dans trois Pubs Ludiques Randolph et pourra accueillir près de 600 participants. L’événement aura lieu le dimanche 25 février 2024, de 9h à 21h dans les Pub Ludiques Randolph Centropolis (Laval), hôte de l’édition 2023, Randolph DIX30 (Brossard) et le tout nouveau Pub Ludique Randolph Saint-Jérôme. Cette année, le Défi Joue Don pourra accueillir les moins de 18 ans au Randolph DIX30 ainsi qu’au Randolph Saint-Jérôme. Pour plus d’informations ou pour vous inscrire à l’événement, rendez-vous au jouedon.com.


« Forts du succès de la première année, nous souhaitions répéter l’expérience et toucher davantage de gens. Nous sommes très heureux de savoir que les Pubs Ludiques Randolph sont au rendez-vous en plus grand nombre cette année afin d’accueillir l’événement simultanément dans trois emplacements », mentionne M. Olivier Charbonneau, fondateur et co-organisateur du Défi Joue Don. « Depuis toujours, je suis un passionné de jeux de société et je trouvais important d’unir cette passion à celle de mon engagement social afin de contribuer à la promotion de la santé mentale et bâtir ensemble un Québec sans suicide », ajoute M. Charbonneau.

« Au Québec, chaque jour, trois personnes s’enlèvent la vie et environ 80 tentent d’y mettre fin. Le suicide est un geste permanent alors que les problèmes sont souvent temporaires », mentionne Mme Mélissa Bérubé, coordonnatrice à la philanthropie pour l’AQPS. « Avec près de 200 participants lors de la première édition, il s’agissait de l’une des initiatives citoyennes les plus importantes de l’année », de continuer Mme Bérubé.


« En tant que partenaire depuis les tout débuts du Défi Joue Don, nous sommes heureux d’être présents pour cette deuxième édition et d’accueillir les participants au Randolph Centropolis », souligne M. Guillaume Ostiguy, propriétaire associé du Randolph Centropolis. « Mon équipe et moi avons bien hâte de revivre cette ambiance survoltée et de savoir que nous pouvons contribuer au bien-être de notre communauté du même coup », rajoute M. Ostiguy.


« Pour nous au Randolph DIX30, il s’agira d’une première participation et certainement pas la dernière » partage Mme Emmanuelle Rheault, propriétaire et gérante chez Randolph Pub Ludique Randolph DIX30. « Lorsque nous avons entendu parler de la première édition du Défi Joue Don, nous avons trouvé géniale l’idée de fusionner jeux de société et promotion de la santé mentale. C’est une cause qui me tient grandement à cœur », ajoute Mme Rheault.


« Le Pub Ludique Randolph Saint-Jérôme est le petit nouveau dans la famille et nous trouvions important d’entrée de jeu de partager et d’afficher nos valeurs », indiquent MM. Jérémie Bouchard et Benoit Lapointe, copropriétaires du Randolph Pub Ludique Saint-Jérôme. « Ce qui nous a particulièrement interpellés lorsque les organisateurs du Défi Joue Don nous ont contactés, c’est qu’ils remettent une partie des dons amassés aux organismes locaux en prévention du suicide et en promotion de la santé mentale, ce qui crée un impact réel et tangible pour les gens d’ici », concluent MM. Bouchard et Lapointe.

119 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page